#
11 Printemps 2016
#
11 Printemps 2016
  • Partenariat public-privé Piège en béton
  • Éducation Formation aux petits oignons
  • Migrants Au pied du mur
  • Moyen-orient Mariage à l’iranienne
  • Servitude moderne Le ventre de Paris
S'abonner
0
FEUILLETER CE NUMÉRO

AU SOMMAIRE

Du lourd et du léger dans ce numéro contrasté ! Du lourd avec une implacable enquête sur les partenariats publics-privés, leur mécanique et leurs effets pervers. Du lourd toujours, avec une plongée dans la servitude moderne qui, d’ateliers textiles en salons de coiffure, sévit dans le ventre de Paris. Du lourd, encore, avec ce nouveau volet de notre série sur les disparus de la Méditerranée qui pointe l’impuissance européenne et les failles du dispositif Frontex. Mais aussi de la légèreté ! Avec le récit d’un mariage à l’iranienne, de la haute gastronomie à la sauce sociale, des sciences, du cinéma, de la satire, etc.

ÉDITO

Comment fermer le robinet d’eau tiède ? Se débarrasser de ce flux d’infos sans intérêt qui pollue notre quotidien ? Ces questions sont récurrentes à La Revue Dessinée, où l’idée de ne pas abandonner les sujets essentiels est une obsession. Parmi eux, l’effrayante mécanique de Frontex, l’agence européenne chargée de la surveillance des frontières, que nous avions abordée il y a un an, au moment où des cargos poubelles chargés de migrants sombraient. La crise de l’année 2015 et ses milliers de morts en Méditerranée nous y obligeaient. Cette obsession nous a aussi lancés sur la piste des partenariats public-privé (PPP), la très opaque pompe à finances des collectivités. Encensés par la droite, maintenus par la gauche, les PPP reflètent l’humeur libérale de l’époque : efficace, cynique et souvent absurde. Enfin, une longue immersion au cœur de Paris vous fera découvrir que le marché de la misère a encore de beaux jours devant lui. Point commun de ces sujets ? La valeur du travail. Entre les migrants attirés par l’eldorado européen, les folies de la finance moderne et les miséreux payés à la tâche se dessine un paysage où les inégalités n’ont jamais été aussi criantes. Est-ce ce monde-là que nous voulons ? À force de l’arpenter, La Revue Dessinée et ses auteurs espèrent pouvoir vous en donner une autre vision : sans pathos, plus juste. Plus fraternelle aussi.