#
14 Hiver 2016-2017
#
14 Hiver 2016-2017
  • Objets connectés Wifi à tous les étages
  • Chanson La ballade du Saravah
  • Guerre psychologique La 7ème arme
  • Chiffre du chômage La grande illusion
S'abonner
0
FEUILLETER CE NUMÉRO

AU SOMMAIRE

De la joyeuse bande de la maison de disques Saravah qui vivait au rythme du "dabadabada" à la petite musique que fait de nouveau entendre la « septième arme », cette doctrine militaire qui vise à transformer les civils en armes, ce numéro est celui des grands écarts. Il est aussi celui du décryptage des jeux de prestidigitation autour des chiffres du chômage. C’est enfin le numéro du retour d’Odette : notre mamie branchée qui nous avait permis de comprendre les méandres du Net est désormais confrontée aux mesquineries des objets connectés.

ÉDITO

L’image ment, disait le cinéaste Jean-Luc Godard. L’image ment, car en se limitant au cadre elle masque, au sens propre du terme, le hors-champ. Tout ce que le spectateur ne voit pas lui échappe, mais cet invisible contribue quand même à fabriquer la représentation. L’image est donc un masque de la réalité. Comme au carnaval, ce masque peut être subtil, parfois grossier, souvent étonnant et toujours subjectif. Avec ce nouveau numéro, La Revue Dessinée sort une fois de plus du cadre du journalisme classique pour faire tomber les masques en bandes dessinées. Qu’il s’agisse d’objets connectés, de chiffres du chômage, des méthodes de guerre inavouables utilisées en Algérie ou du mystère entourant la chute du dictateur tunisien Ben Ali, nous vous entraînons en dessins au cœur des petits arrangements et des grosses manipulations. Qu’il soit question de libertés publiques ou individuelles, d’esprit de sacrifice ou de résistance, d’hommes ou d’institutions, l’exercice du pouvoir s’entoure d’un double jeu permanent où les pires mensonges sont possibles, voire souhaitables. Pour ne pas ressembler aux personnages entravés de la couverture de ce quatorzième opus, dont les liens rappellent les ficelles des marionnettes, nous tentons de démêler le vrai du faux, le visible du caché, l’apparent du trouble. Un exercice d’autant plus difficile en ces temps de campagne électorale où certains voudraient écrire l’histoire en triturant les événements, les chiffres et les faits.