#
16 été 2017
#
16 été 2017
  • Transhumanisme L’homme augmenté
  • Migrants Identités englouties
  • Histoire Imaginaire de la guerre
  • Red Star Football social club
  • Education Repris de justesse
S'abonner
0
FEUILLETER CE NUMÉRO

AU SOMMAIRE

Redonner le goût d’apprendre à ceux qui ont décroché, redonner une identité à ceux qui ont perdu la vie en Méditerranée, garder intact l’esprit d’un club de foot chargé de valeurs et d’histoire, le Red Star : ce numéro est celui des héros ordinaires qui réalisent l’extraordinaire. On y découvre aussi le transhumanisme et les questions vertigineuses que soulève ce projet aux airs de science-fiction, avant de prendre de la hauteur pour découvrir ces figures qui viennent peupler notre imaginaire dès que le mot guerre est prononcé.

ÉDITO

Voilà l’été ! Cette saison où le temps se dilate et devient un ami, ce moment où les corps tentent de renouer le dialogue avec la nature, où l’on peut enfin se laisser aller à rêver. Pendant cet instant de répit, quelles aspirations allons-nous partager ? Quelles utopies collectives peuvent encore nous habiter ? Certains nourrissent l’espoir de dépasser les limites du genre humain, d’améliorer ses performances, sa longévité. Notre course contre le temps semble s’accélérer et déjà on ose parler de vivre mille ans ! Vous tiquez ? Pourtant, l’homme n’a jamais été aussi proche de l’immortalité. C’est en tout cas ce que soutiennent ceux qui adhèrent aux thèses transhumanistes, un courant de pensée porté par les plus brillants cerveaux de la Silicon Valley. Enthousiasmant autant qu’angoissant, le projet méritait que les fins limiers de La Revue Dessinée s’y penchent de plus près. Sans prendre parti, on peut s’interroger : quelles ressources pour contenter ces désirs d’infini ? Qui pour en profiter ? Déjà plane le spectre d’un progrès inouï réservé à quelques privilégiés. Plutôt que de chercher à faire advenir des post-humains, ne pourrions-nous pas déjà nous employer à être dignes de notre condition ? Sans attendre le prochain stade de l’espèce, nous, simples mortels, ne manquons pas de missions. Celle de redonner un nom, donc une histoire et une identité, à ces milliers de migrants morts en Méditerranée. Celle de faire en sorte que ce cimetière marin n’en soit plus un. Et puis, tandis que les cartables paressent jusqu’à la rentrée, celle de fabriquer une école plus juste, plus à l’écoute, plus solidaire. Celle enfin, et c’est lié, de construire un monde plus pacifié, en déconstruisant nos imaginaires guerriers comme nous invitent à le faire l’historien Sylvain Venayre et le dessinateur Vincent Sorel. Vous l’avez compris, le sommaire de ce numéro vous parle du genre humain et de ses utopies. Mais il prend le parti de toujours préférer les héros d’aujourd’hui : pompiers siciliens, enseignants franciliens… Tous, à leur mesure, vous redonnent envie de croire en l’être humain. Juste humain.