#
17 Automne 2017
#
17 Automne 2017
  • Algues vertes Sur la plage empoisonnée
  • Balkany les amoureux de Levallois
  • Cocaïne chargés comme des mules
  • Justice Le jeu de l’asile et du hasard
  • Uber À bout de course
S'abonner
0
FEUILLETER CE NUMÉRO

AU SOMMAIRE

De l’enquête, de l’enquête et encore de l’enquête : ce numéro d’automne se penche sur la naissance d’une hydre politique, les Balkany, sur l’envers des promesses d’emplois de la start-up Uber, sur l‘omerta qui, en Bretagne, entoure depuis quatre décennies l’expansion des algues vertes. On y suit également la route des mules, ces passeurs vulnérables, maillons essentiels du trafic de cocaïne entre la Guyane et la métropole. Le tout sous le regard d’un Emmanuel Macron chantre de l’uberisation.

ÉDITO

Voilà qui est fait. Nous avons nous aussi commis notre couverture « Macron ». Depuis des mois, quotidiens et hebdos, presse économique et people reproduisent au rythme effréné des rotatives le même portrait. Comme si la marque France avait trouvé son égérie. La jeunesse, la vitalité, le charme : tout y est. La Revue Dessinée se serait-elle, elle aussi, laissé hypnotiser ? Regardez-y de plus près. Chez nous, l’homme se présente en chauffeur Uber. Magie du dessin, capable de tordre le réel pour mettre au jour des fragments de réalité, le président vous invite à monter dans sa berline. Pour aller où ? L’histoire que nous raconte cette peinture interroge le nouveau pouvoir à l’aune de l’uberisation : foi en l’individu, emploi facile mais fragile, le tout servi à la sauce « start-up ». Est-ce dans cette direction que nous conduit le chauffeur Macron ? Face à l’ampleur du consensus qui a suivi son élection, La Revue Dessinée entend aborder l’ère politique qui s’esquisse avec un regard singulier. Un regard critique qui décortique et qui décrypte, un regard qui tire sa force du pas de côté, afin de dépasser les storytellings rabâchés. À l’image de cette enquête, menée au long cours avec le site Les Jours. Ce plongeon en profondeur dans la mécanique Uber dévoile l’envers du grand récit cher au « premier employeur des banlieues ». À l’image de cette couverture, plus ancrée dans l’actualité que les précédentes. Celle-ci donne le ton de ce qu’est et sera votre Revue : toujours le lieu de la découverte, des contre-pieds, et plus que jamais un espace d’indépendance et de vigilance.