#
5 Automne 2014
#
5 Automne 2014
  • Crime d'état La mort d’un juge
  • Pierre etaix né clown
  • Mobilité ouvrière collègues en coloc
  • Référendum yes scotland
  • Emprunts toxiques dommages et intérêts
S'abonner
0
FEUILLETER CE NUMÉRO

AU SOMMAIRE

La revue révèle ! Les dessous de l’assassinat d’un juge trop curieux dans la France gaulliste. Les secrets des emprunts toxiques, ces bombes à retardement qui ont mis sur la paille 1500 petites communes. Les enjeux de l’indépendance écossaise, une bataille politique mêlant questions sociales et énergétiques. Avec, en prime, un portrait de Pierre Etaix, affichiste, assistant de Jacques Tati, homme de cirque et doux rêveur. Et aussi, une immersion dans une drôle de colocation, celle d’«ouvriers prêtés».

ÉDITO

« Essayons ! » Voilà le mot le plus prononcé à la rédaction lorsque, dans la fièvre de nos discussions avec les auteurs, se décide le contenu éditorial de La Revue Dessinée. Chaque reportage, chaque enquête, chaque documentaire que nous vous proposons est pour les auteurs l’occasion d’essayer de nouvelles narrations, d’expérimenter les styles, d’informer autrement. À chaque nouvel essai, c’est l’inconnu. L’harmonie entre les journalistes et les dessinateurs n’est jamais gagnée d’avance, les auteurs évoluant dans deux mondes parallèles qui, parfois, s’entrecroisent. Un lien doit s’établir, avec la volonté d’associer le meilleur des deux rives où chacun joue sa partition : le journaliste, avec sa rigueur de l’info, la qualité de ses sources ; le dessinateur avec la puissance de son imaginaire, sa poésie, ses ficelles narratives. La Revue Dessinée est un atelier où se déroulent de nombreuses expériences dont les résultats nous étonnent parfois et nous enthousiasment toujours. Avouons-le : cette aventure n’est pas une sinécure. Les caractères affirmés se heurtent de temps à autre, tout comme les styles, faisant de notre promesse éditoriale un pari parfois difficile à tenir. Le fruit de ce travail de laboratoire n’a pas vocation à être dogmatique ou issu d’un esprit de chapelle. Il s’invente, se cherche, se crée avec liberté. Il s’essaie à donner de la matière au débat public. Pour le premier anniversaire de La Revue Dessinée, le tandem Benoît Collombat-Étienne Davodeau incarne à merveille cette façon si particulière d’embrasser le réel. En se plongeant dans les mystères de la violence politique de la France des années 1970, le journaliste et le dessinateur retracent ensemble une histoire singulière qui conserve toute sa résonance dans la société d’aujourd’hui. Cette histoire est la nôtre. Elle se raconte oralement, s’écrit dans les livres. Elle peut aussi se dessiner. Il suffit d’« essayer ».